top of page
  • Photo du rédacteurFrédérique SERIN

Changer d’heure… Perte de temps

Effectivement, ce weekend, changement d’heure, ⌚️ passage à l’heure d’été et l’éternelle question : « On avance ou on recule ? » et surtout le plus important restant de savoir si nous gagnons ou perdons une heure de notre si précieux sommeil. 😴

Et toujours revient le débat « A quoi bon continuer ? Au fait, ça ne devait pas disparaître ? Et puis à quoi ça sert ? »


Mon ami Google m’a donc appris que si vous demandez de quand date le changement d'heure en France, on vous répondra sans doute qu'il a été instauré au milieu des années 1970 par Valéry Giscard d'Estaing, alors président de la République, pour faire des économies d'énergie après le choc pétrolier.💥


Mais à mon avis, à part perturber les adultes, les enfants et les animaux, procurer des sujets très pertinents pour le JT ou alimenter les discussions chez le coiffeur, l’utilité en est tout relative…

Cette question du changement d’heure m’amène toujours à réfléchir sur la notion du temps et le rapport que nous entretenons avec lui.⏳


Je trouve particulièrement sensé ce proverbe africain qui dit que « Tous les blancs ont une montre, mais ils n'ont jamais le temps ».


Nous passons nos journées, notre vie même à courir après le temps, à tenter de le rattraper... sans succès évidemment !

Par conséquent, le temps, sa fuite, sa linéarité, son essence même, a suscité de nombreuses études, recherches et réflexions et impacté de manière significative le milieu culturel et artistique.


Le premier exemple qui me vient à l’esprit est le célèbre tableau de Salvador Dali « La Persistance de la mémoire » avec ses fameuses montres molles. 🎨




Ensuite, je pense au roman de H. G Wells The Time machine, (La Machine à explorer le temps, en français) roman de science-fiction publié en 1895 dans lequel il évoquait la possibilité que le temps, tout comme la longueur, la largeur, la profondeur soit en fait une dimension et qu’il soit donc concevable de s’y déplacer.


Son concept était révolutionnaire et a inspiré par la suite bons nombres d’auteurs et de cinéastes. 🎬






Isaac Asimov a lui aussi abordé la question en 1955 dans The end of Eternity, (La Fin de l’Eternité, en français).


Son histoire, baignée de mystère et de suspense s'appuie sur la notion du voyage dans le temps, utilisé par une organisation secrète dans le but de rendre l'humanité meilleure.





Le temps apparaît infini ou tel une boucle dont on ne s’échapperait jamais, à l’instar de l’excellente comédie « Groundhog Day », « Un jour sans fin » datant de 1993.


Pour terminer cette petite réflexion, je vous laisse le temps de méditer sur ces très belles citations !












10 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments


Arnaud Manikeo
Arnaud Manikeo
Mar 25, 2023

Super intéressant, prenons le temps d'y réfléchir...

Like
Frédérique SERIN
Frédérique SERIN
Mar 26, 2023
Replying to

Absolument, avant que le temps ne file, ou se défile....

Like
bottom of page